L’ORIGINE DU MONDE – LIV STRÖMQUIST

Coup de cœur pour l’œuvre de Liv Strömquist « L’origine du Monde », ou l’autrice nous explique, éduque et ouvre les yeux sur les idées reçues au cours des époques sur les femmes et leurs organes sexuels. On y apprend ô combien la sexualité féminine, et leurs désirs, ont été dénigré par les hommes au cours de l’histoire. Ce livre mériterait d’être à disposition de tous au sein des écoles, j’aurais aimé pouvoir le lire à mes 14 ans. 

La BD se découpe en trois parties : la première étant les hommes ayant étudié le sexe féminin au court de l’histoire, comme par exemple la pensée de Sartre sur le sujet dans « L’Être et le Néant » qui décrit comme suit le sexe féminin comme « un appel d’être comme d’ailleurs tous les trous; en soi la femme appelle la chair étrangère qui doive la transformer en plénitude d’être par pénétration et dilution.» S’en suit la représentation du sexe, qui fut et est encore aujourd’hui mal connu, vulve et vagin étant encore mal représenté dans les livres scolaires actuels. Enfin la relation des femmes avec leur propre sexe, la manière dont elles le perçoivent ou connaissent. Cette dernière partie m’a rappelé le livre incontournable d’Eve Ensler « Les monologues du vagin » qui complète ces témoignages de femme. 

Avec un humour désarmant, Liv Strömquist réussi brillamment à nous éclairer sur ce sujet trop souvent tabou. De nombreuses références ponctuent le récit et qui nous amènent à vouloir aller chercher plus loin.

La nouvelle BD de Liv Strömquist est à paraître pour le 23 septembre et s’intitulera « Grandeur et décadence ».

 

Capture d_écran 2017-09-17 à 20.41.23
 
 
Big crush on this graphic novel by Liv Strömquist « The Origin of the World », where the author explains, educates and opens minds to the received ideas during the ages on women and their sexual organs. One learns how much feminine sexuality, and their desires, have been denigrated by men throughtout history. This book deserves to be available to all in the schools, I would have liked to be able to read it at my 14 years.
 
The comic is divided into three parts: the first being the men who studied the female sex, as for example the thought of Sartre on the subject in « The Being and the Nothingness » which describes as follows sex feminine as « a call to be like all the holes, in itself the woman calls the foreign flesh which must transform it into fullness of being by penetration and dilution. »

The second part is about the representation of sex, which is still poorly understood, vulva and vagina are badly represented in the current school books.

Finally, the relationship between women and their own sex, how they perceive it or know it. This last part reminded me of the essential book by Eve Ensler « The vagina monologues » which supplements these testimonies of woman.

 
With disarming humor, Liv Strömquist brilliantly managed to shed light on this subject too often taboo. Numerous references punctuate the narrative and lead us to go further.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s